Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 janvier 2015 6 24 /01 /janvier /2015 17:19
Il faut faire la guerre... à la misère.

Il faut faire la guerre ... à la misère!

Depuis que je suis enfant, mes grands parents, mes parents, mes professeurs m'ont souvent répété que ma liberté s'arrête là où commence celle des autres. Oui il y a des limites à la liberté de chacun de nous. Mais les limites sont difficiles à fixer. Chacun a souvent sa propre conception des limites. On peut perdre très vite le sens des limites individuelles et collectives. André Maurois, écrivain français, membre de l'Académie française, disait « L'abus de liberté tue toujours la liberté. »

Notre devise républicaine c'est aussi l' égalité... en droits. Coluche disait « Oui mais il y en a qui sont plus égaux que d'autres ». Il y a des personnes dans notre pays qui ont le sentiment de ne pas être égaux en droits, qui ont le sentiment d'être moins libres que d'autres.

Le troisième mot de notre devise républicaine, à mon avis c'est le plus difficile à mettre en pratique, c'est le mot fraternité. C'est celui qui nous pose le plus de problèmes, même en famille; il nous est parfois difficile d'établir des relations fraternelles avec nos proches alors quand il s'agit d'étrangers, quand il s'agit des autres, d'autres cultures, c'est souvent très dur. Pourtant ce mot de fraternité c'est lui qui devrait nous guider dans l'exercice de notre liberté individuelle et nous aider à fixer nos limites à l'égard des autres et de nous-mêmes quand nous parlons, quand nous écrivons, quand nous dessinons, quand nous caricaturons, quand nous faisons de l'humour au dépens des autres. Il ne peut pas y avoir de liberté sans fraternité respectueuse des autres.

Nous quittons l'Afghanistan. Pas vaincus. Mais pas vainqueurs. Nul ne sait vraiment ce qui va s'y passer à l'avenir. La guerre du Golfe numéro 1 numéro 2 numéro 3 a brisé ce pays en trois morceaux qui se font la guerre entre eux. Un Irak chite, un Irak sunnite, un Kalifha. En Syrie c'est l'enfer. Et l'enfer sur terre ce n'est pas de la faute de Dieu mais des hommes. En Libye il n'y a plus d'Etat. C'est le chaos. Mais cette situation terrible au Moyen Orient ne justifie pas et n'excuse pas la violence qui est faite à des innocents chez nous.

Je souhaite que les chrétiens, les juifs, les musulmans se parlent librement et utilisent leur influence respective pour calmer le jeu. J'espère que les palestiniens et les israéliens vont mettre fin au conflit qui les oppose depuis maintenant 60 ans. Soit en faisant comme ont fait les Français et les Allemands après deux guerres mondiales. Soit en faisant comme ont fait les Sud-Africains. Soit à leur manière qui pourrait être un exemple pour les autres conflits qui existent ici et là dans le Monde. Je souhaite que l'Europe ne laisse pas les Italiens seuls devant l'arrivée massive des réfugiés fuyant les zones de guerre et de grande pauvreté. J'espère que l'Europe, les Etats-Unis et leurs alliés vont lancer un grand plan Marshall pour faire décoller l'Afrique. La misère est une arme de destruction massive. Il faut faire la guerre à la misère. Je souhaite que l'Europe, les USA, l'Iran, la Turquie, la Syrie se parlent pour de vrai. Nous allons avoir besoin de tout le monde pour nous sortir de l'état de guerre dans lequel nous nous trouvons actuellement. Tout ne va pas se régler avec des drones, des avions, des satellites espions.

Plus de six milliards d'êtres humains ne se font pas la guerre. Ils nous observent. Ils nous jugent. Ne les décevons pas. Ne nous décevons pas. La guerre ce n'est pas l'avenir. C'est notre présent, c'est une réalité de maintenant, mais l'avenir appartient aux bâtisseurs de ponts et de passerelles entre les continents, entre les cultures, entre les êtres humains. Pas aux faiseurs de guerre. Parlons nous, écoutons nous, serrons nous les coudes. « Les temps sont mauvais, soyons bons. » a dit Saint Augustin. Plus que jamais nous devons construire un monde plus juste, plus fraternel, plus solidaire.

Partager cet article

Repost 0
Published by André Lugardon
commenter cet article

commentaires

Recherche

Articles Récents