Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 mai 2013 7 12 /05 /mai /2013 10:58

 

« Pour étouffer par avance toute révolte, il ne faut pas s’y prendre de manière violente. Les méthodes du genre de celles d’Hitler sont dépassées. Il suffit de créer un conditionnement collectif si puissant que l’idée même de révolte ne viendra même plus à l’esprit des hommes. L’idéal serait de formater les individus dès la naissance en limitant leurs aptitudes biologiques innées.

Ensuite, on poursuivrait le conditionnement en réduisant de manière drastique l’éducation, pour la ramener à une forme d’insertion professionnelle. Un individu inculte n’a qu’un horizon de pensée limité et plus sa pensée est bornée à des préoccupations médiocres, moins il peut se révolter. Il faut faire en sorte que l’accès au savoir devienne de plus en plus difficile et élitiste. Que le fossé se creuse entre le peuple et la science, que l’information destinée au grand public soit anesthésiée de tout contenu à caractère subversif. Surtout pas de philosophie. Là encore, il faut user de persuasion et non de violence directe : on diffusera massivement, via la télévision, des divertissements flattant toujours l’émotionnel ou l’instinctif. On occupera les esprits avec ce qui est futile et ludique. Il est bon, dans un bavardage et une musique incessante, d’empêcher l’esprit de penser.

On mettra la sexualité au premier rang des intérêts humains. Comme tranquillisant social, il n’y a rien de mieux. En général, on fera en sorte de bannir le sérieux de l’existence, de tourner en dérision tout ce qui a une valeur élevée, d’entretenir une constante apologie de la légèreté ; de sorte que l’euphorie de la publicité devienne le standard du bonheur humain et le modèle de la liberté.

Le conditionnement produira ainsi de lui-même une telle intégration, que la seule peur – qu’il faudra entretenir – sera celle d’être exclus du système et donc de ne plus pouvoir accéder aux conditions nécessaires au bonheur. L’homme de masse, ainsi produit, doit être traité comme ce qu’il est : un veau, et il doit être surveillé comme doit l’être un troupeau. Tout ce qui permet d’endormir sa lucidité est bon socialement, ce qui menacerait de l’éveiller doit être ridiculisé, étouffé, combattu.

Toute doctrine mettant en cause le système doit d’abord être désignée comme subversive et terroriste et ceux qui la soutienne devront ensuite être traités comme tels. On observe cependant, qu’il est très facile de corrompre un individu subversif : il suffit de lui proposer de l’argent et du pouvoir ».

 

Aldous Huxley , « Le Meilleur des Mondes ».

 

aldous-huxley.jpg

 

Source photo: Google.

Repost 0
Published by André Lugardon - dans journalperso
commenter cet article
11 mai 2013 6 11 /05 /mai /2013 08:22

"Marche droit; c'est ennuyeux selon toi. Selon moi, c'est agréable et sain. Efforce-toi de comprendre pourquoi j'en juge ainsi et essaye de trouver le bonheur où il est, dans la conscience. Tu auras beau le chercher, tu ne le trouveras pas ailleurs."

 

Georges Sand à sa fille Solange, 1852.

 

2753974269_82de17ff8a.jpg

 

Source photo: Flickr.

Repost 0
Published by André Lugardon - dans journalperso
commenter cet article
7 mai 2013 2 07 /05 /mai /2013 08:53

"Il y a toujours dans un livre, même mauvais, une phrase qui bondit au visage du lecteur comme si elle n'attendait que lui."

 

Christian Bobin, 2009.

 

Cette impression je l'ai souvent eu justement en lisant  "du Christian Bobin". Avec en plus la sensation qu'aucun de ses livres n'est  mauvais et que l'on sort de leur lecture meilleur.

 

220px-Christian_Bobin-Nancy_2011_-1-.jpg

 

Source photo: wikipédia.

 

 

 

 

Repost 0
Published by André Lugardon - dans journalperso
commenter cet article
2 mai 2013 4 02 /05 /mai /2013 08:51

 

«Tous les hommes ont les même droits... Mais du lot commun, il en est qui ont plus de pouvoirs que d’autres, là est l’inégalité.»

Cette phrase d'Aimé Césaire s'est toujours révélée comme une vérité universelle et intemporelle mais qui revêt des formes plus ou moins fortes et dommageables suivant les lieux et les époques.

Force est de noter que la constante demeure, que ceux qui ont plus de pouvoirs ou de biens que d'autres ne s'accommodent pas vraiment du bien être général et de l'intérêt collectif. Le chemin pour construire une société juste, humaine et le plus équitable possible est toujours long, difficile, plein d'embûches et toujours précaire. Nous étions parvenus à construire une société solidaire ce qui manifestement est insupportable à ceux qui ne vivent que du profit et n'ont pour objectif que la rentabilité. Ce sont ceux là qui ont trop souvent dirigé le monde et le dirigent plus que jamais et qui font le malheur des plus faibles de plus en plus nombreux pour un enrichissement sans limites des plus forts.

Les soubresauts actuels qui agitent le monde en sont chaque jour le témoignage. Les scandales se multiplient et portent la preuve de plus en plus irréfutable que c'est bien l'avidité et les égoïsmes particuliers qui prédominent.Oui il faut remettre de la moralité dans le monde politique mais pas seulement dans le monde politique et pas seulement de la moralité. Il faut revenir à l'intérêt général, il faut redonner les conditions d'une vraie solidarité, d'une vraie fraternité. Ceci ne passe pas par la stigmatisation de populations, par leur exclusion, par leur rejet. Ceci ne se fait pas en protégeant les plus riches, en construisant nos sociétés sur le pouvoir de la Finance.

Les hommes et femmes du monde politique réclament à chaque affaire, qui n'aboutit jamais vraiment d'ailleurs, de pouvoir bénéficier de la présomption d'innocence. Sans doute est-ce légitime. Mais accorde t-on la même présomption d'innocence aux populations montrées du doigt ? Ce sont les Roms, accusés de ne pas vouloir s'intégrer, une accusation sans doute vraie pour certains mais qui du coup s'applique à tous et une accusation peut être un peu rapide aussi si on ne leur donne pas la possibilité de s'intégrer. Ce sont les plus pauvres, que l'on ne veut pas, en refusant des logements sociaux. Ici, il n'y a pas cette volonté d'en construire. Que penser d'élus qui préfèrent conforter et rassurer leurs éventuels électeurs dans des comportements égoïstes et intéressés en préférant ne pas appliquer la loi et en créant au final des zones de non droits. Le rôle d'un élu n'est-il pas avant tout de faire valoir les droits de chacun certes, mais de tous aussi et d'assurer l'application des lois? A quoi servent les lois si elles ne sont appliquées que lorsque cela arrange ? Ceux qui ont besoin de logements sociaux sont-ils des délinquants en puissance ou des citoyens honorables qui devraient pouvoir se loger autant que d'autres où ils sont nés, où ils vivent et où ils travaillent. N'ont-ils pas droit aux aussi à bénéficier de la présomption d'innocence et de ne pas être soupçonnés arbitrairement avant d'avoir commis le moindre délit ?

Que penser d'élus qui ne luttent pas vraiment contre les paradis fiscaux, y ont recours pour certains, qui privilégient d'appauvrir encore plus ceux qui ne possèdent que le fruit de leur travail, qui ne cessent de donner des leçons de morales et stigmatisent aussi les assistés sociaux rendus coupables d'appauvrir le pays avec leurs maigres aides ? Oui il faut revenir à plus d'équité, de partage et de solidarité mais cela ne passe pas par le déballage indécent des fortunes de nos élus mais par des choix politiques plus justes, recentrés sur l'intérêt général pour l'ensemble des populations et de leur environnement, libérés des dictats de la finance, de la rentabilité et du profit. On n'entend parler que de courage politique. Où est le courage lorsque les décisions prises ne cessent de cibler les populations, creusant les injustices et les inégalités. Est-ce cela le courage politique ? Est- ce cela travailler pour l'intérêt général ? Le courage politique ne serait-il pas plutôt de s'attaquer enfin aux paradis fiscaux, de réduire enfin tous les privilèges indécents dont bénéficient les plus nantis au lieu de grappiller ici et là les rares petits avantages du citoyen lambda? Les populations perdent confiance, ne croient plus en leurs dirigeants parce que trop nombreux sont ceux qui sont laissés au bord de la route et n'ont plus la possibilité d'envisager un avenir décent pour eux et leur famille. Si les politiques veulent retrouver confiance et crédibilité c'est en faisant confiance à tous et en redonnant à chacun une juste place, pas en étalant sur la place publique leur patrimoine.

"Sous un bon gouvernement, la pauvreté est une honte; sous un mauvais gouvernement, la richesse est aussi une honte." Confucius

 

«C’est de l’enfer des pauvres qu’est fait le paradis des riches» Victor Hugo



« La pauvreté n'est pas naturelle. C'est l'homme qui la crée et elle peut être vaincue » Nelson Mandela

 

Marie du Bassin d'Arcachon.

 

5062828775_4629a275af.jpg

 

Source photo Flickr

Repost 0
Published by André Lugardon - dans journalperso
commenter cet article
30 avril 2013 2 30 /04 /avril /2013 08:35

Quelques mots pour se réchauffer, quelques mots de Prévert pour se réchauffer au contact de sa poésie en cette période de lune rousse:

"De deux choses lune

L'autre c'est le soleil."

Le soleil est attendu avec impatience. Son retour est largement souhaité après un long hiver sans soleil, gelées blanches et ciel bleu.

 

2259447887_e162ecfecc.jpg

Source photo: Flickr.

Repost 0
Published by André Lugardon - dans journalperso
commenter cet article
29 avril 2013 1 29 /04 /avril /2013 09:18

Pour les femmes et les hommes de gauche qui ne se retrouvent pas dans ce que disent, font le PS, le PC, le FDG, les radicaux, les écolos, la situation présente est inconfortable. Maigre consolation, elle l’est peut-être aussi pour les femmes et les hommes de droite qui ne se retrouvent pas dans ce que disent, font le FN, l’UMP, le Modem, l’Udi? Reste encore la possibilité de s’investir dans des assos sur le terrain. Ce que font plus de 22 millions de Français.

4960182904_e1b67e700c.jpg

 

Source photo : Flickr

Repost 0
Published by André Lugardon - dans journalperso
commenter cet article
28 avril 2013 7 28 /04 /avril /2013 16:48

Vous aviez mon coeur,

Moi, j'avais le vôtre:

Un coeur pour un coeur:

Bonheur pour bonheur!

Le vôtre est rendu,

Je n'en ai plus d'autre;

Le vôtre est rendu,

Le mien est perdu!

 

Marceline Desbordes-Valmore, 1839. Elle fut surnommée « Notre-Dame-Des-Pleurs » en référence aux nombreux drames qui jalonnèrent sa vie.

 

225577150_1958bc3d78.jpg

Source gravure: Flickr.

 

Repost 0
Published by André Lugardon - dans journalperso
commenter cet article
24 avril 2013 3 24 /04 /avril /2013 10:49

"J'aime bien être fatigué, ça me repose."

 

François Beaune, 2009.

 

 

J'aime bien cette courte phrase surtout parce que je ne suis pas obligé de travailler et que je peux vivre en "rentier". Son auteur me semble être un personnage à découvrir. Cliquer sur son nom pour en savoir plus sur lui.

 

5673700232_0fb83d71c0.jpg

 

Source photo: Flickr.

Repost 0
Published by André Lugardon - dans journalperso
commenter cet article
21 avril 2013 7 21 /04 /avril /2013 11:51

... est cher. Un cheval bon marché est rare donc cher. Quant aux perles dans les huîtres du Bassin d'Arcachon je n'en ai jamais trouvées! Tout ceci pour rappeler qu' "Après le discernement, ce qu'il y au monde de plus rare, ce sont les diamants et les perles" ( Jean de la Bruyère, 1688 )

5646642874_102ec995d0.jpg

 

Source photo: Flickr.

Repost 0
Published by André Lugardon - dans journalperso
commenter cet article
20 avril 2013 6 20 /04 /avril /2013 21:32

 

http://vimeo.com/63569896

 

 

 

 

 

logo-ccfd.gif

Repost 0
Published by André Lugardon - dans journalperso
commenter cet article

Recherche

Articles Récents