Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 juin 2014 1 09 /06 /juin /2014 08:29

judo-cx2.jpg

 

Photo Dominique Fadom - Casteljaloux.

Samedi 7 juin 2014, nous avons fêté de 14h30 à trois heures du matin les cinquante ans du club de judo castelajalousain et les 50 ans de licence judo de Michel Laffitte, ceinture noire troisième dan, professeur diplômé d'Etat.

« Instituteur un jour, instituteur toujours ».

C'est sans doute parce que j'ai été instituteur que Sébastien Antonioli m'a demandé de faire lire les enfants devant vous. Voici donc ce que nous avons préparé.

Mesdames et messieurs, je vous demande toute votre attention et svp un grand silence. Nous allons entrer dans un monde qui n'est pas le nôtre, dans une culture qui n'est pas la nôtre.

« Vieille mare

une grenouille saute

le bruit de l'eau. »

C'est ce qu'on appelle un haïku, son auteur s'appelle Bashô.

C'est un poète japonais qui a vécu de 1644 à 1694. Le haïku est toujours très bref, le haïku permet de saisir des choses très petites, des moments presque invisibles. Le haïku demande attention, simplicité, fulgurance, humour et modestie.

« J’ai acheté des oignons

par le bosquet dénudé

je rentre à la maison. »

Buson (1715-1783)



« Michel fait les commissions

il rentre désormais libre à la maison

Francine est heureuse. »

 

 

Voici maintenant quelques uns des haïkus écrits par les judokas du club de Casteljaloux:

 

 

 

 

 

 

Sport ou maison

Giovanni, indécis, s'interroge

Michel l'emporte

 

 

 

 

Arbre en fleur

Amitiés très fort pressées

Donnent du jus d'eau

 

 

 

Martial certes

C'est tout un art

L'enseignement du Judo

 

 

 

 

 

Au dojo, tu iras

Notre entrainement te plaira   

Et la ceinture noire tu passeras

 

 

 

 

Petit judoka a  bien grandi,  

Est devenu un grand maitre 

A présent 

 

La joie du Kata

Peut-être un jour te viendra

Et ceinture noire tu seras

 

Agriculteur

Les graines de judo

Il cultive

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by André Lugardon - dans journaldeclasse
commenter cet article

commentaires

André Lugardon 09/06/2014 15:54


Que la nuit était belle!
Que l'air du ciel était pur!
Nous respirions heureux de vivre.
Le cœur navré de joie.
Navré de toutes ces années
Désormais derrière nous
Mais le cœur rempli de joie
D'avoir pu les vivre.

Avec l'aide d'Alfred de Musset.

CLEMENT 09/06/2014 09:58


Bravo au Club et à son professeur !! Orane

Recherche

Articles Récents