Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 juillet 2010 4 01 /07 /juillet /2010 12:53

Mercredi 30 juin 2010. Il est minuit vingt-six. Le hall du CHU Laënnec de Nantes est immensément vide. Une jeune femme est toute seule dans le silence de la nuit à l'accueil. Dans un coin de la salle, sur un petit mur en retrait,  un grand écran plat est allumé et devant quelques fauteuils me tendent les bras. La télé diffuse un épisode de Docteur House où il n'y a pas de personnes âgées, de malades vraiment malades, d'aide-soignantes, d'infirmières, pas d'ambulanciers, pas de techniciens de surface ou d'entretien, pas d'agents de sécurité. Nous sommes en présence uniquement de médecins jeunes et beaux tourmentés par l'étrange Docteur House qui est beau lui aussi à sa manière. Les quelques malades qui servent de toile de fond à l'histoire de cet épisose sont photogéniques, télégéniques, "irréels". Pas d'images vraies qui pourraient choquer et montrer la réalité de la vraie vie d'un hôpital, la réalité de la souffrance pour certains malades, la réalité des conditions de travail dans un hôpital d'aujourd'hui. L'histoire de cet épisode est irréaliste, loufoque. On est dans un autre monde. Au CHU Laënnec de Nantes cette nuit là comme toutes les autres nuits la réalité n'est pas celle de la télé. Surtout au cinquième étage si on prend le couloir de droite puis ensuite à gauche pour entrer au service gériatrique ou si on prend à droite "toute" pour se diriger vers le service des soins palliatifs. Merci à toutes ces femmes et à tous ces hommes qui travaillent jour et nuit pour soulager la souffrance de ceux et celles que nous aimons. Merci à eux tous de nous aider à guérir, à grandir. Merci à eux tous de nous accompagner du mieux qu'ils peuvent vers la mort. Espérons qu'un jour les télés feront une vraie série sur la vrai vie de l'hôpital et de tous ceux et celles qui travaillent à son bon fonctionnement. Un grand merci enfin à nos parents et grands parents d'avoir mis en place la Sécurité Sociale et le service public hospitalier.

2997587445_552652f913.jpg

 

Photo Flickr.

Partager cet article

Repost 0
Published by André Lugardon - dans journalperso
commenter cet article

commentaires

Elisabeth F.-B. 02/07/2010 23:14



Un vieil homme que je connaissais vient de mourir.


Sa femme et sa famille auront, dans le dernier mois de sa vie, téléphoné sans relâche pour lui trouver un abri car le service dans lequel il était en train de rendre l'âme devait fermer pour
l'été. Il leur fallait replacer 60 personnes... mais aux familles de se débrouiller, y compris avec un malade en phase terminale. Qui n'eut qu'une douche en trois semaines... Finalement, il
devait rester, car pour les plus fragiles, quelques lits finalement pouvaient rester disponibles.


Cinquante lits sont finalement fermés cet été dans le service.


Ne mourez pas en été.


Ma voisine toute jeune travaille à l'hôpital en service Alzheimer. Elle a 20 ans, il n'y a pas d'aide soignante : elle est payée pour faire le ménage mais change les couches, donne à manger...
Quand elle change les couches, les gens se souillent, ils ne savent plus manger... Elles sont deux pour 19 et dans le service voisin, deux pour... 29. Cela sent l'urine, cela reste sale
car elles n'ont pas le TEMPS... Quant au salaire...



Recherche

Articles Récents