Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 janvier 2012 4 19 /01 /janvier /2012 23:37

 

"(...) En 1966, j'étais aux Etats-Unis et j'appelais à un cessez-le-feu au Viet-Nam. Durant l'une de mes conférences, un jeune pacifiste américain se leva et dit : «  Le mieux que vous ayez à faire, ce serait de retourner dans votre pays et d'y vaincre l'agresseur américain ! Vous ne devriez pas être ici. Vous ne servez absolument à rien ici ! » Lui et beaucoup d'Américains voulaient la paix, mais la sorte de paix qu'ils voulaient passait par la défaite d'un camp. Alors, leur colère serait rassasiée. Au départ, ils avaient appelé à un cessez-le-feu mais n'avaient pas été entendus. Ils s'étaient donc mis en colère : la seule solution envisageable passait désormais par la défaite de leur propre pays. Nous, Vietnamiens, qui souffrions sous les bombes, devions faire preuve d'un peu plus de réalisme. Nous voulions la paix. Nous nous moquions bien de la victoire ou de la défaite de l'un ou de l'autre camp. Nous voulions juste que les bombes arrêtent de tomber sur nos têtes. Mais beaucoup d'activistes des mouvements pour la paix s'opposaient à notre proposition d'un cessez-le-feu immédiat. Personne ne semblait comprendre notre point de vue. Quand j'entendis ce jeune homme crier : « Rentrez et faites capituler l'agresseur américain », je pris plusieurs inspirations profondes, pour me reprendre et dis : « Monsieur, il m'apparaît bien que les racines de la guerre sont ici, dans votre pays. C'est pourquoi je suis venu. L'une des racines, c'est votre façon de voir le monde. L'un et l'autre camp sont victimes de politiques erronées, de politiques qui croient dans la violence pour régler les problèmes. Je ne veux pas que les Vietnamiens meurent – et je ne veux pas que les soldats américains meurent non plus. » Les racines de la guerre sont dans la façon dont nous vivons au quotidien – la façon dont nous développons notre industrie, construisons notre société et consommons des biens. Nous devons considérer la situation avec profondeur ; alors nous verrons les racines de la guerre. On ne peut pas simplement accuser un camp ou un autre. Nous devons transcender notre propension à prendre parti. Dans tout conflit, on a besoin de gens qui comprennent la souffrance des deux camps. (…) Nous avons besoin de liens. Nous avons besoin de communication. Pratiquer la non-violence, c'est avant tout être non-violent soi-même.(...)"

 

Extrait de "La sérénité de l'instant" de Thich Nhat Hanh, collection livre de poche " J'ai lu", pages 134/335.

 

282232796_3c51b71139.jpg

 

La Garonne, photo Flickr.

Partager cet article

Repost 0
Published by André Lugardon - dans journalperso
commenter cet article

commentaires

CLEMENT 23/01/2012 17:12


La guerre d'Algérie a simplement marqué la fin de la colonisation ; cela s'est mieux passé avec d'autres pays africains, surtout d'Afrique noire. Mais il y avait, je crois, beuacoup plus de
Français en Algérie qu'ailleurs, profondément attachés à leurs terres qu'ils avaient mises en valeur : ils avient un véritable amour pour leur terre de naissance pour la plupart. En ce qui
concerne cette union France-Maghreb, je crois qu'elle existe sous le nom "Francafrique" peut-être...


Orane


 

André Lugardon/jfsadys. 20/01/2012 18:34


@orane, je suis né en 1953 donc je ne sais de la guerre d'Algérie que ce qu'ont bien voulu m'en dire les personnes autour de moi qui ont vécu et pour certains faits cette guerre. Je la perçois
comme les ultimes soubressauts de la seconde guerre mondiale. Je vais écrire quelque chose qui va paraître peut-être stupide mais il me semble que la France a plus de liens historiques avec le
Maroc, la Tunisie, l'Algérie, la Syrie, le Liban et bien des pays d'Afrique qu'avec la Finlande, le Dannemarck, l'Ukraine, la Lettonie, l'Estonie et même qu'avec l'Allemagne. Quel dommage que
nous n'arrivions pas à construire une union européenne des pays du Sud. Mais bon ce que j'en dis n'est pas parole d'évangile.

CLEMENT 20/01/2012 18:16


Je ne peux m'empêcher de faire un rapprochement avec la guerre d'Algérie. En effet, 50 ans après je pense qu'il n'y avait pas besoin de guerre ; que Français de là-bas et Algériens auraient pu
continuer à cohabiter, comme ils le faisaient déjà, si on ne menaçait pas les uns de les dépouiller au profit des autres ou inversement : si chacun avait les mêmes droits ... Si DE GAULE n'était
pas venu au pouvoir en 58 avec déjà l'idée de se débarasser de l'Algérie ! Alors qu'il clamait au balcon à Alger "Vive l'Algérie Française ! pendant qu'il la bradait avec ses généraux : il avait
besoin des voix des pieds noirs sans doute !"


Tout montre actuellement que la guerre ne règle rien !


Orane


Orane

Recherche

Articles Récents