Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 septembre 2013 7 22 /09 /septembre /2013 23:55

"Nous étions issus de familles très nombreuses, et nous étions habitués à bien nous entendre avec des gens plus âgés que nous. Quand j'étais enfant, mes grands-parents, qui vivaient dans une ferme près du lac Balaton, donnaient chaque été un déjeuner qui réunissait plus de deux cents membres de la famille. Je m'émerveillais de notre nombre, je me souviens de tous ces parents attablés dans la cour, assis sur de longs bancs, entre la maison et les pruniers - des rangées entières d'oncles, de tantes, de cousins, de parents  par alliance, enfants aussi bien qu'octogénaires. Les membres de tribus comme celle-là n'étaient pas gênés par les différences d'âge. Nous vivions à  moins d'une centaine de kilomètres les uns des autres et nous aimions tous les mêmes chansons. La tornade de la guerre a fait le vide dans cette cour. Les Vadja, autrefois si proches, vivent à présent sur quatre continents. Nous nous perdons de vue, comme les autres. L'Amérique n'a pas été dévastée par des troupes étrangères, mais les cours et leurs arbres n'en ont pas moins disparu. On les a pavées pour en faire des pistes d'atterrissage. Les familles se dispersent et chaque génération semble appartenir à une période différente de l'histoire. Au lieu des maisons spacieuses où pouvaient loger grands-parents, oncles et tantes, il y a maintenant les studios pour les jeunes, les maisons de retraites et les appartements tranquilles pour les plus âgés. Les jeunes gens ont beaucoup moins d'occasions de frayer avec des femmes mûres. Ils ne s'inspirent guère de confiance mutuelle. Ayant eu la chance de grandir dans ce qui était encore une société non cloisonnée, j'ai la folie de croire que mes souvenirs contribueront peut-être à mieux faire comprendre cette vérité qu'hommes et femmes ont bien des choses en commun même lorsqu'ils sont nés à des années d'écart - que ces souvenirs aideront peut-être à élargir les rapports entre générations."

Stephen Vizinczey dans "Eloge des femmes mûres" pages 12 et 13, chez Gallimard, collection Folio.

 

 

 

214931211_b440ffe7e0.jpg

 

Source photo: Flickr.

Partager cet article

Repost 0
Published by Mathilde Jougla - dans journalperso
commenter cet article

commentaires

CLEMENT 23/09/2013 10:46


Il y a eu tant d'événements qui ont contribué à cette dispersion des familles ; mais elle n'est pas une fatalité ! Je ne crois pas qu'il y ait vraiment de conflits inter-générations : tout a
tellement évolué, tout va si vite, que les très âgés sont largués dans tous les sens du terme. Orane

Recherche

Articles Récents