Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 novembre 2011 5 04 /11 /novembre /2011 15:41

 

La forêt de Sivens était l'ancienne propriété du Marquis de Solage. Elle a appartenu ensuite à la Compagnie des Houillères de Carmaux qui utilisait des résineux afin de produire des étais de mine. Les feuillus étaient destinés à la production de bois d'industrie et de bois d'oeuvre. Le Conseil général du Tarn a acheté cette forêt le 23 avril 1976. 

La forêt de Grésigne est la plus vaste forêt de chênes de la région Midi-Pyrénées. Couvrant environ 3600 hectares et jouxtant d’autres massifs forestiers dont celui de la forêt de Sivens, elle se compose essentiellement de chênes rouvres (80%), de hêtres, de charmes et de résineux. Grésigne a donné du bois de chauffage et un peu de charpente, du bois pour les merrains servant à la tonnellerie destinée au vin de Gaillac, du charbon de bois jusqu’aux années cinquante, et du bois alimentant les fours des verriers de Grésigne, dont le dernier s’est éteint en 1850.

Les Romains ont occupé la Grésigne. De leur passage il reste des oppida, tumulus de terre servant de défense, des vestiges de camps et une voie romaine sur le territoire de Puycelsi. En 1281, Amiel de Penne cède ses droits sur la forêt au roi de France. Les habitants des villages environnants continuent à utiliser les privilèges de bois mort, de charpente et de barrières, mais aussi de pacages pour les troupeaux. Les verriers, d’origine noble, peuvent utiliser à volonté le bois de la forêt et sont dispensés d’impôt. Cette exploitation exagérée et sans contrôle met la Grésigne en danger de disparition. En 1660, Colbert dépêche Monsieur de Froidour pour réglementer l’exploitation de la forêt et en accroître les bénéfices. Après en avoir délimité le pourtour par un mur (mur dit de Louis XIV) ou un fossé, il supprime les privilèges et nomme des gardes forestiers.En 1750, Louis XV inféode la Grésigne à Monsieur de Maillebois : celui-ci projette de transporter le bois en canalisant la rivière Vère. Le projet sera poursuivi durant une vingtaine d’années, et fera naufrage – un peu aidé dans cet échec par les vignerons et tonneliers gaillacois peu intéressés à voir partir la matière première vers Bordeaux, via Bruniquel. Monsieur de Maillebois a eu le temps toutefois de commencer le tracé des routes de débardage avant de faire faillite.

 Mais revenons à Colbert. A l'époque il s'intéresse aux forêts de chênes partout en France. En effet la première puissance maritime à l'époque est l'Angleterre. Et Colbert veut que notre pays devienne la première puissance mondiale d'où son intérêt pour les forêts de chênes dont on peut faire entre autre chose des mâts de navire. Il travaille alors à mettre en valeur les forêts de chênes en se projetant dans les 50/100 ans à venir. Qui gouverne comme ça aujourd'hui en France ? En Europe ? Dans le Monde ?

Source: http://www.tourisme-vignoble-bastides.com/ et http://bases-departementales.tarn.fr/

2785072120_c07b40c1ee.jpg

Photo Flickr.

Partager cet article

Repost 0
Published by André Lugardon - dans journalperso
commenter cet article

commentaires

Orane 05/11/2011 16:48



On commence à y venir tout doucement par la mise en place de plans de sauvegarde des espèces végétales et animales. Je crois qu'il s'agit d'une partie du travail de l'ONU.


Orane



Recherche

Articles Récents