Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 octobre 2013 6 05 /10 /octobre /2013 11:51
 
« Après l’entrée des troupes soviétiques en 1945, la Hongrie a été rapidement soumise à la dictature du parti communiste et de son secrétaire général Mathias Rakosi. Ce dernier est l’inventeur de la « tactique ou stratégie du salami » qui vise à éliminer successivement les autres partis et à liquider le pluralisme politique. En 1955, il réussit à écarter Imre Nagy, devenu président du Conseil en juillet 1953 avec l’appui de Khrouchtev. Mais sous la pression de Moscou, il est contraint de démissionner en juillet 1956. Le drame hongrois ne commence véritablement qu’à la fin du mois d’octobre. L’insurrection hongroise en vue de la libéralisation du régime est entamée. Sous la pression de la rue, le système de parti unique est aboli et Imre Nagy forme le nouveau gouvernement. Le 28, les Soviétiques acceptent un cessez-lefeu et commencent à retirer leurs troupes. En décidant de retirer la Hongrie du Pacte de Varsovie, Nagy dépasse cependant ce que Moscou peut tolérer. Du 4 au 12 novembre, les chars soviétiques liquident l’insurrection assimilée à une contre-révolution. »
 


 
 La France va alors accueillir les réfugiés hongrois qui fuient la répression.
 


 
« Soyez convaincus que la France en vous ouvrant son territoire, vous assure les mêmes garanties politiques et sociales qu’à ses propres citoyens. N’oubliez pas que notre patrie, qui est celle de la liberté saura respecter la vôtre. De cette liberté qui émane de nos traditions, de notre Constitution et de nos lois, vous jouirez pleinement »
 
 
 
Source: le travail de Nermin SIVASLIconsultable sur le lien suivant:
 
 
hongrie1956_200.jpg
Source photo: Images Google.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Partager cet article

Repost 0
Published by Mathilde Jougla - dans journalperso
commenter cet article

commentaires

CLEMENT 05/10/2013 18:48


Très intéressant ! Paroles qu'il faudrit faire circuler tant au gouvernement que dans le peuple. La seule différence encore, c'est que ce pays était en guerre. Orane

Recherche

Articles Récents