Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 juin 2013 6 22 /06 /juin /2013 12:07

En juin 1875 les eaux de la Garonne atteignent 9m47 à Toulouse. Il y a eu alors beaucoup de morts et de destructions. Il se peut que cette catastrophe ait inspiré Emile Zola pour son livre "L'inondation". En voici un extrait, les premières lignes en fait, ensuite l'histoire devient tragique, âme sensible s'abstenir:

"Je m’appelle Louis Roubieu. J’ai soixante-dix ans, et je suis né au village de Saint-Jory, à quelques lieues de Toulouse, en amont de la Garonne. Pendant quatorze ans, je me suis battu avec la terre, pour manger du pain. Enfin, l’aisance est venue, et le mois dernier, j’étais encore le plus riche fermier de la commune. Notre maison semblait bénie. Le bonheur y poussait ; le soleil était notre frère, et je ne me souviens pas d’une récolte mauvaise. Nous étions près d’une douzaine à la ferme, dans ce bonheur. Il y avait moi, encore gaillard, menant les enfants au travail ; puis, mon cadet Pierre, un vieux garçon, un ancien sergent ; puis, ma sœur Agathe, qui s’était retirée chez nous après la mort de son mari, une maîtresse femme, énorme et gaie, dont les rires s’entendaient à l’autre bout du village. Ensuite venait toute la nichée : mon fils Jacques, sa femme Rose, et leurs trois filles, Aimée, Véronique et Marie ; la première mariée à Cyprien Bouisson, un grand gaillard, dont elle avait deux petits, l’un de deux ans, l’autre de dix mois ; la seconde, fiancée d’hier, et qui devait épouser Gaspard Rabuteau ; la troisième, enfin, une vraie demoiselle, si blanche, si blonde, qu’elle avait l’air d’être née à la ville. Ça faisait dix, en comptant tout le monde. J’étais grand-père et arrière-grand-père. Quand nous étions à table, j’avais ma sœur Agathe à ma droite, mon frère Pierre à ma gauche ; les enfants fermaient le cercle, par rang d’âges, une file où les têtes se rapetissaient jusqu’au bambin de dix mois, qui mangeait déjà sa soupe comme un homme. Allez, on entendait les cuillers dans les assiettes ! La nichée mangeait dur. Et quelle belle gaîté, entre deux coups de dents ! Je me sentais de l’orgueil et de la joie dans les veines, lorsque les petits tendaient les mains vers moi, en criant :
- Grand-père, donne-nous donc du pain !..."

Pour lire la suite: http://www.inlibroveritas.net/lire/oeuvre28146.html#page_2

2123952500_5580d62bc9.jpg
Source photo: Flickr.

Partager cet article

Repost 0
Published by André Lugardon - dans journalperso
commenter cet article

commentaires

André Lugardon 24/06/2013 15:41


http://www.koztoujours.fr/a-lourdes-coeur-englouti#comments

André Lugardon 23/06/2013 09:25


http://www.gensdegaronne.com/

André Lugardon 22/06/2013 20:11


Oui mais heureusement ils ne l'ont pas tous fait en même temps donc la Garonne est sortie deux fois de son lit à entre Tonneins et Marmande mais sans trop de gravité.

CLEMENT 22/06/2013 13:31


Il semble bien, comme on le dit, que la vie soit un éternel recommencement ! Cette année encore, je crois que la Garonne a atteint son record et tous ses affluents ont débordé.


Orane

Recherche

Articles Récents