Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 mars 2012 2 13 /03 /mars /2012 09:47

"(...) L’accident nucléaire de Fukushima a-t-il vraiment eu lieu le 11 mars dernier ? Qui séjourne quelques semaines au Japon, huit mois après la catastrophe, peut franchement en douter. Partout, les mêmes gestes quotidiens, les mêmes sons tintinnabulants dans les transports en commun, la même surface d’indifférence à l’autre et au monde, les mêmes regards qui se dérobent. Comme avant. Les amis laissent juste transparaître de temps à autre une nervosité ne leur ressemblant guère et paraissent soulagés quand les prévisions météo n’annoncent pas de pluie pour le lendemain : pas d’intempéries, donc moins de radioactivité se déposant dans les sols de Tokyo. Ils évitent aussi de laisser leurs enfants jouer dehors trop longtemps. Et prient poliment leurs invités de ne pas boire l’eau du robinet et de ne pas consommer de bœuf s’il n’est d’origine coréenne. Les chaînes de télévision n’évoquent que rarement Fukushima et ses conséquences dramatiques, leur préférant – comme d’habitude – ces émissions de préparations culinaires en tous genres, qui convergent inlassablement vers la proclamation tapageuse du « oishiiiiii », autrement dit « délicieux ». Les plus grands journaux, y compris l’Asahi Shinbun, de centre gauche, font (quasiment) comme si de rien n’était, de peur de perdre les financements publicitaires émanant des compagnies d’électricité et autres lobbies industriels. Seules exceptions : l’hebdomadaire Shukan Kinyobi, qui se fait volontiers le relais des mouvements anti-nucléaires à travers l’archipel, et le quotidien Tokyo Shinbun, dans lequel on découvre très régulièrement une carte du nord et du centre de l’île de Honshu, avec le nombre des millisieverts qui s’y déversent inexorablement depuis des mois. Dix préfectures situées autour de Fukushima sont particulièrement touchées, y compris celles de Tokyo, Chiba et Kanagawa, aux portes de la capitale. Malgré leur relatif éloignement de la centrale, certaines zones présentent des degrés de concentration de césium très élevés en raison du mouvement des vents et du dépôt des eaux de pluie. (...)"

Lire la suite: http://www.article11.info/?Japon-deni-atomique

 

295776054_538e500213.jpg

 

Photo Flickr.

Partager cet article

Repost 0
Published by André Lugardon - dans journalperso
commenter cet article

commentaires

CLEMENT 13/03/2012 14:45


On peut être dans le silence...du recueillement, sans être dans le déni de réalité. Ce peuple a non seulement manqué de secours, d'aides d'informations et de tout en fait ; il est maintenant
comme assommé, tétanisé même s'il continue à courir dans tous les sens, il est brisé là où ça fait mal au coeur et à l'âme. Moi, je ne peux que compatir et ne porter aucun jugement sur la façon
dont ils essaient de s'en sortir...


Orane

André Lugardon/jfsadys. 13/03/2012 14:24


@paul, je ne sais pas, je ne la connais pas, je préfère penser qu'elle fait ce qu'elle peut comme elle peut, elle essaye de faire quelque chose alors que nous sommes nous aussi dans le silence,
le déni de réalité, voire l'indifférence. Les puissants font ce qu'ils veulent parce que nous le voulons bien. Il n'est pas dit qu'elle y gagne vraiment et en argent et en notoriété. Elle risque
même d'y gagner en critiques.

paul 13/03/2012 13:46


c'est curieux ça ce choix de cette pianiste de jouer les variations Goldberg...


ça tombe pile poile dans ce que je me remets à étudier patiemment. je n'ai jamais étudié plus loin que les neuf premières variations Goldberg. c'est énorme pour moi, très long. pas toujours
difficile techniquement. mais très long à mémoriser. faudrait faire plus de trois heures de piano par jours tous les jours, et je n'y arrive pas. tout seul, sans jamais avoir eu de professeurs
vraiment motivant, j'arrive quand même à faire de jolies choses. mais c'est pas suffisant.


et puis y'a un truc : j'ai l'impression de me renfermer dans mon petit paradis pas si confortable que ça


et là


cette pianiste, elle, elle avale les trente variations et quelques autres pièce pour les offrir en prière de solidarité à ses compatriotes victimes de l'imbécilités des puissants qu'ils
continuent à vénérer... peut-être un peu trop assoupis par les litanies de prières...


non, parce que quand même hein


faudrait arrêter de gober ce genre de gestes il me semble quand on prétend être indigné par ce genre de catastrophe...


parce que l'artiste hein, elle va se faire une publicité terrible et vendre son travail et faire croître son capital de respectabilité sociale


mais les puissants continueront à faire des ignominies tout en écoutant les variations Goldberg récupérées par les habitus de leur classe dominante.


et le commun des mortels, continuera à écouter des artistes de variétés médiatisées plus ou moins officiellement, avec des paroles d'une niaiserie équivalente, révolté ou pas, à celles des
prières à l'indiscible dans lequel ils se réfugient tout en se soumettant à la loi du silence et la vénération des autorités...

André Lugardon/jfsadys. 13/03/2012 12:02


http://au-cabaret-du-bon-dieu.blogs.la-croix.com/remi-masunaga-la-musique-de-bach-pour-fukushima-un-an-apres/non-classe/2012/03/13/

Recherche

Articles Récents