Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 mars 2013 5 01 /03 /mars /2013 18:50

 

 Pendant des siècles il y a eu - partout où c’était possible en France - des moulins à vent et des moulins à eau. Jusqu’à 1914/1918, beaucoup d’activités humaines se faisaient à la force du vent, de l’eau et... du muscle de l’homme ou de l’animal. Après 14/18 , le manque d’hommes et de femmes (à cause de la guerre et de l’épidémie de grippe espagnole qui a suivi) a accéléré la pénétration de la mécanisation dans tous les secteurs d’activités humaines. Le phénomène avait commencé bien entendu dès avant la première guerre mondiale. Cette mécanisation de notre société s’est encore plus accélérée après la seconde guerre mondiale. Nous sommes aujourd’hui dans un monde qui repose sur le charbon, le pétrole, l’électicité nucléaire et sur les machines. Machines à laver le linge, la vaisselle, à faire le pain, pelles mécaniques, tronçonneuses, tracteurs, camions, voitures, avions, trains, frigos, congélateurs, machines outils   etc...etc...Des métiers que nous avons connu enfants ont complétement disparu. De nouveaux métiers sont apparus. Il faut bien fabriquer les machines, les entretenir, les réparer, en refaire des neuves. Au besoin en inventer de nouvelles qui rendent inutiles les précédentes. Ce que je ne sais pas c’est si le nombre d’emplois ainsi créés est plus important que le nombre d’emplois perdus? Les pelles mécaniques, les moissonneuses batteuses, les tronçonneuses, les tracteurs ont soulagé la peine des hommes et réduit le besoin de main d’oeuvre mais c’était encore l’homme qui dirigeait la machine. Aujourd’hui j’ai l’impression que nous entrons dans une nouvelle époque. Nous avons autour de nous de plus en plus de machines qui fonctionnent sans homme pour les diriger. Les ordinateurs font faire à des automates le travail à la place de l’homme. Je pense par exemple aux distributeurs de billets automatiques, aux distributeurs d’essence, aux caisses automatiques des grandes surfaces, aux caisses automatiques des péages d'autoroute et des parkings. Tous ces couples “machines-ordinateurs” créent des emplois mais en créent-ils plus qu’ils ne permettent d’en supprimer? J’ai connu une époque où aux passages à niveau il y avait une maison de garde-barrière, un ou une garde-barrière, un petit jardin autour de la maison, un poulailler, un clapier. C’est à dire un logement, un salaire, un espace de survie alimentaire. Aujourd’hui c’est terminé. Il n’y a plus que des passages à niveau automatiques. Et des femmes, des hommes, des enfants qui couchent dehors avec ou sans RSA. J’ai fait un rêve la nuit dernière: l’homme reprenait la maîtrise de son destin. Il n’était plus au service de la machine et de l’ordinateur. Il reprenait les commandes du monde, de sa vie. On peut rêver encore non? Mais qu’en pensez-vous?

5412355959_827ed9b880.jpg

 

Source photo: Flickr, le résinier a disparu, même de la photo!

Partager cet article

Repost 0
Published by André Lugardon - dans journalperso
commenter cet article

commentaires

André Lugardon 02/03/2013 09:42


Reçu de Maria le lien suivant:


http://ma-tvideo.france3.fr/video/iLyROoafY1Rk.html


Je vous invite à le savourer.


Merci Maria de l'envoi de ce lien.

CLEMENT 01/03/2013 20:19


C'est sur qu'on a le droit de rêver ! mais je crains que, même en revenant aux énergies dites renouvelables, tout ne soit encore mécanisé, dirigé par un ordinateur... alors "adieu, emplois, 
air du temps et sueur au front...


Orane

Recherche

Articles Récents