Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 août 2012 4 30 /08 /août /2012 11:40

"Après quatorze mois de cellule, je fus déportée à Ravensbrück, le mardi 19 octobre 1943, avec tous mes manuscrits. C’est alors, et alors seulement, que je refis mes classes « humanistes », et que j’appris sur le crime et les criminels, la souffrance et ceux qui souffrent, la lâcheté et les lâches, sur la peur, la faim, la panique, la haine, des choses sans lesquelles on n’a pas la clé de l’humain, car tout cela, à l’état de larves, rampe dans n’importe quelle société, mais on n’apprend à l’identifier que lorsqu’on a regardé longuement la bête adulte, épanouie dans sa peau.

Donner le détail de cette expérience représente une épreuve dont la seule pensée m’accable, mais je ne peux pas considérer cette expérience comme négligeable, je ne peux pas omettre de la mentionner, et admettre qu’il existe deux sortes de défaite — celle des autres et celle qui nous écrase —, deux sortes d’humiliation, deux sortes d’aliénation, deux sortes de torture — celle que nous subissons et celle que nous infligeons —, deux sortes de rancune — celle que nous ressentons et celle que nous inspirons."

Source:http://www.monde-diplomatique.fr/2009/04/TILLION/17026

 

5225343081_84e848ab52.jpg

 

Source photo: Flickr

Partager cet article

Repost 0
Published by André Lugardon - dans journalperso
commenter cet article

commentaires

CLEMENT 30/08/2012 12:04


Il y a là les réponses aux questions que j'ai posées dans l'article précédent ! On doit admettre qu'il y a deux réalités : la sienne et celle des autres. J'avais conclu un livre écrit il y a des
années par à peu près la même conclusion : "j'ai trouvé MA vérité ; trouvez la votre et vous serez sur le chemin de la sérénité"


Orane

Recherche

Articles Récents