Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 avril 2013 1 29 /04 /avril /2013 09:18

Pour les femmes et les hommes de gauche qui ne se retrouvent pas dans ce que disent, font le PS, le PC, le FDG, les radicaux, les écolos, la situation présente est inconfortable. Maigre consolation, elle l’est peut-être aussi pour les femmes et les hommes de droite qui ne se retrouvent pas dans ce que disent, font le FN, l’UMP, le Modem, l’Udi? Reste encore la possibilité de s’investir dans des assos sur le terrain. Ce que font plus de 22 millions de Français.

4960182904_e1b67e700c.jpg

 

Source photo : Flickr

Partager cet article

Repost 0
Published by André Lugardon - dans journalperso
commenter cet article

commentaires

André Lugardon 01/05/2013 21:28


Saint François de Sales et pas Salles...

André Lugardon 30/04/2013 20:20


@Orane, oui au début les écolos n'étaient pas structurés en parti politique et comme le souligne Marie vient un moment où le fait d'être une asso ne suffit pas ou plus et il faut en passer par la
case politique. La question que je me pose aujourd'hui est la suivante: devant la crise en cours les propositions écolos vont-elles se faire entendre ou passer aux oubliettes?

CLEMENT 30/04/2013 18:52


Après vous avoir lu, j'ai pensé au parti "Ecologie/les verts" présent, il me semble, aux dernières élections. Au départ ce n'était qu'une association ou un groupe d'assos et c'est devenu
un parti dont on doit entendre la voix, même sur le plan européen.


Orane

Marie 30/04/2013 17:37


Je ne crois pas avoir écrit que les assos n'avaient pas leur pertinence bien au contraire...personnellement je participe à plusieurs.


Mais je crois que même si actuellement les contextes politiques que l'on nous offre ont quelque chose de très désespérant nous ne pourrons pas nous passer d'eux. Et puis nous avons aussi ceux que
nous participons à élire.

André Lugardon 30/04/2013 17:32


@Marie, oui les assos ont leurs limites et leurs luttes de pouvoir, oui il y a un problème de bénévoles, oui il y a un risque d'enfermement et de repli sur soi mais j'ai l'impression de faire du
concret et de ne pas attendre les lendemains qui chantent; parfois les assos ouvrent les portes, innovent et préparent demain. Et réparent aujourd'hui. Bruno Frappat a cité une fois une phrase
qui est peut-être de Saint François de Salles: "partout où il y a des hommes il y a de l'hommerie"...

Recherche

Articles Récents