Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 juillet 2011 4 07 /07 /juillet /2011 12:00

Partir en vacances quand vos vieux parents vous réclament, c'est difficile.

 

Partir en vacances quand vos enfants se plaignent de ne pas vous voir plus souvent maintenant que vous êtes à la retraite, c'est encore plus difficile.

 

Partir en vacances quand vos petits enfants demandent à venir chez vous, là c'est mission impossible!

 

Partir en vacances quand il y a tant à faire au resto du coeur, au secours populaire, au secours catholique, à Amnesty International, à l'Acat, au réseau éducation sans frontière, c'est « déserter » en temps de grandes difficultés pour tant de personnes autour de nous.

 

Partir en vacances quand il y a des malades autour de vous qui aimeriez que vous leur rendiez visite plus souvent et que vous passiez avec eux un peu de votre immense temps libre, c'est faire preuve d'égoïsme et de dureté de coeur.

 

Partir en vacances quand tellement de personnes autour de vous ne partent pas en vacances, c'est du luxe.

 

Finalement vous décidez de partir tout de même un peu, pas longtemps, pas bien loin des vôtres, vous avez de la chance car ils ne vivent pas au quatre coins de la France ou du monde, prêt à rentrer immédiatement s'il y a une quelconque « urgence familiale urgente ».

 

Vous choisissez un endroit près de chez vous, sans voiture, sans téléphone, sans eau, sans électricité, sans ordinateur, sans voisin. Oui ça existe des endroits comme ça dans notre pays. Il y a même des endroits qui deviennent comme ça : de vrais déserts des temps modernes.

 

Au fil des jours qui passent loin des autres et des vôtres, vous vous apercevez que vous savez encore voir et sentir le vent, entendre l'eau, regarder l'écureuil vous regarder, observer et contempler la palombe qui niche sous votre nez et s'inquiète de votre présence.

 

Vous réalisez bien vite que la télé ne vous manque pas ni le téléphone ni l'ordinateur ni internet. Vous ne cherchez plus les vôtres sur facebook ou skype mais au fond de votre tête et de votre coeur. Et cette recherche vous occupe l'esprit agréablement. Et si, dans votre solitude au « désert » , vous croisez quelqu'une ou quelqu'un, vous avez alors grand plaisir à vous arrêter et à engager la conversation.

 

Au fil des jours vous vous apercevez que vous pouvez vivre sans France Info ou I télé. Vous constatez que le monde peut vivre sans vous. Il vit sans vous. Ni mieux ni plus mal que lorsque vous êtes là à vous agiter en tous sens.

 

Au fil des jours qui passent au rythme du soleil qui se lève et qui se couche vous avez le sentiment que pouvoir partir en vacances ainsi aujourd'hui c'est du luxe.

 

cabane.jpeg

 

Source photo: images google.

Partager cet article

Repost0

commentaires

jf sadys - andré lugardon 07/07/2011 17:45



merci annemarie



anne marie 07/07/2011 14:49



bonne vacance, je connais ce lieu, là ou je travaille,perdu dans les bois,un lieu


vraiment spirituel,car on apprend tous les jours aupres de personne vrai



Recherche

Articles Récents