Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 juillet 2011 1 11 /07 /juillet /2011 09:22

Ce que j'ai beaucoup aimé dans mon métier d'instit c'est de voir grandir les enfants qui m'ont été confiés et de les voir devenir parents à leur tour. Certaines anciennes élèves et certains anciens élèves me font la gentillesse et l'honneur de m'inviter parfois chez eux pour m'annoncer le plus souvent d'heureuses nouvelles parfois aussi hélas pour partager des deuils, des épreuves de santé. Ce matin une jeune femme m'a annoncé qu'elle attendait son second enfant. Elle m'avait inspiré un texte en octobre 2006.

 

(http://journaldeclasse.over-blog.com/article-4150258-6.html#anchorComment)

 

Je viens de le relire d'un oeil critique. Je crois bien aujourd'hui que je ne l'écrirai plus tout à fait pareillement. Il gagnerait à être plus nuancé, plus en douceur. J'ai réalisé en le relisant que le plus intéressant ce n'est pas "mon" texte mais le commentaire d'Ulysse. Le voici en copier/coller:

 

« À vol d'oiseau, les parents d'aujourd'hui paraissent de drôles de bêtes. Sur le chemin du sens, inquiètes, elles cherchent des repères. Leurs gestes saccadés, leurs yeux en alerte, rappellent les girouettes en quête de la direction du vent.

Des bêtes égarées aux réflexes déconcertants et aux principes contradictoires, lasses de ne pas trouver un lieu de repos, de consolation où reprendre leur souffle. Des bêtes généralement dévouées au demeurant, quoique inconséquentes en face de leurs enfants. Parents surprotecteurs et souvent aussi, parfaitement irresponsables et démissionnaires; géniteurs assoiffés de conquêtes, de réussites en tous genres et inévitablement avares du temps consacré à leur portée, à son élevage. À un moment ou à un autre, invariablement, un des parents vomit sa fatigue, claque un burn out ou une super déprime. Le rapport au travail est insensé et maladif. En cette fin de siècle glaciale, c'est le bouffe-tout par excellence, le vampire qui suce nos amours et nos familles pour nourrir son credo: productivité, compétitivité, consommation. Quand on se retrouve exclu du cénacle des travailleurs-consommateurs, on est mort socialement.

Bien sûr, il ne faut pas trop généraliser. La meute parentale ne peut être analysée comme un seul troupeau compact et homogène. Vingt pour cent des familles vivent des problèmes importants. Des problèmes de violence, d'abus, de mépris. De fugue, de drogue, de désir d'autonomie mal transmis ou mal reçu. Mais, comme dit le proverbe chinois «aucune famille ne peut accrocher cet écriteau à la porte de sa maison: Ici, nous n'avons aucun problème».

Le problème sans doute le plus récurrent des bêtes de ma génération est de ne pas avoir bien compris, ni bien enseigné, le sens des responsabilités, de l'effort, de l'autonomie respectueuse. D'avoir fait mine de choisir l'amour comme principe fondateur de nos relations et de lui accorder un intérêt de façade, englué de pensée magique. De drôles de bêtes, en effet, les Baby-boomers malgré eux. J'insiste sur le malgré eux. Ils n'ont pas demandé à naître en 1950 en Occident capitaliste.

Actuellement, au nom du nécessaire conflit de générations à réactiver, on dit n'importe quoi à propos de cette génération bouc émissaire, on accuse pour se donner des airs de réfléchir. Nous sommes à l'ère des coupables. J'ai hâte, personnellement, que nous passions à l'ère des responsables: de nos amours, de nos familles, de notre travail, de la démocratie. On a tellement tendance à accuser la génération des baby-boomers de tous les maux et à l'amener à se braquer devant la mauvaise foi de l'attaque qu'on oublie que les parents malhabiles et malheureux qui s'y trouvent sont bien davantage victimes (et complices aussi) de l'époque que de leur incompétence personnelle.

Les parents d'aujourd'hui, de 30 ans comme de 50, doivent élever leur portée avec les valeurs dominantes qu'ils ont eu souvent la faiblesse de gober un peu rapidement parce qu'elles faisaient moderne. L'idéologie dominante... domine. Il faut un tempérament de saumon pour nager à contre-courant. Essentiellement, nous sommes ce que nous consommons, bien plus que la somme des liens sociaux ou affectifs de qualité que nous entretenons.

Comme toutes les générations à toutes les époques, les parents de ma tranche d'âge sont des êtres humains capables du pire et du meilleur. On leur en veut parce qu'ils ont voulu, au sortir de l'adolescence, «changer le monde» et n'ont réussi, dans le meilleur des cas, qu'à l'adoucir par endroits. Les enfants ne sont plus des êtres par essence à dresser, à éduquer dans l'humiliation et le silence. Les mères ne sont plus que des bobonnes qui carburent à l'abnégation et au don de soi mal digéré, des victimes complaisantes, les trois quarts du temps. Les pères ne sont plus les héros silencieux ou les justiciers du soir qui frappaient quand les enfants avaient dépassé les bornes maternelles, les supermen de pacotille. Les choses ont changé, là aussi. Les familles sont en évolution depuis cinquante ans au moins. Les parents des baby-boomers, eux-mêmes, avaient commencé à vivre en famille différemment de leurs propres parents.

Nous sommes à l'ère des parents mutants, c'est vrai, des familles en pleine révolution structurelle, bien sûr, mais surtout en quête de sens."

 

Ariane Emond.

 

 

5372108070_719d16e552.jpg

 

Photo Flickr


 











 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by André Lugardon - dans journaldeclasse
commenter cet article

commentaires

jf sadys - andré lugardon 12/07/2011 11:16



" le métier de parent est plutôt ardu." Oui surtout qu'on se met beaucoup la pression depuis la fin de la seconde guerre mondiale et le culte de l'enfant unique, à la rigueur 2, où tout doit être
parfait dans l'esprit du meilleur rapport qualité prix ;+)



Brigitte Papleux 12/07/2011 10:29



Oui, moi aussi, j'ai "cru" à la civilisation de "l'amour", de l'écoute, du dialogue etc ...J'étais pétrie de Françoise Dolto ( mal comprise)... Je considérais même certaines de mes relations qui
ne connaissaient pas Dolto comme des" attardées mentales"!!


Mes enfants ( hormis l'aîné: 7 ans chez les Jésuites)) n'ont pas des parcours classiques, mais ont tous des qualités à mes yeux essentielles, ouverture, respect de l'autre , sens des
responsabilités, etc .


Paradoxalement, pour ce qui est de l'éducation religieuse, une de mes filles a vécu le caté comme quelque chose de 'culpabilisant", 'réactionnaire' etc ... bref tout ce que je ne voulais pas . Je
n'y croyais pas, mais elle m'en parle maintenant souvent . Le dialogue permet de remettre certaines choses à leur place, mais ce n'est pas facile.


De toute façon, le métier de parent est plutôt ardu.



jf sadys - andré lugardon 11/07/2011 13:49



Voici mon tube de l'été personnel, le 14 juin 2011 à l'espace François Mitterrand à Boé, près d'Agen devant plus de 700 personnes. Je suis en haut derrière à droite on ne voit que ma tête chauve
et mes lunettes et on ne m'entend pas faire de fausses notes. ;+))


http://www.youtube.com/watch?v=Qob6nE1fcWA



jf sadys - andré lugardon 11/07/2011 13:43



Bon Euterpe vous allez devoir me donner un cours d'informatique de la sphère blogostique: qu'est-ce que ça veut dire que vous m'avez taggé? Je suis déjà tatoué vous n'allez pas me peindre dessus
le corps tout de même? Je préférerai un autre type de corps à corps avec vous ;+) POur ce qui est de ma vidéo chant préféré je cherche et je vous en informe dès que j'ai fait mon choix/



Euterpe 11/07/2011 13:23



J'aime bien l'idée du tempérament de saumon !


Sinon hop je vous ai taggé ! Vous devez nous livrer votre tube personnel de l'été 2011 (si vous voulez, bien sûr) !



Recherche

Articles Récents