Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 juin 2011 1 27 /06 /juin /2011 14:47

 

"(...) Le nom de Biscarrosse vient du basque biskar (dos, colline) [1].


L'histoire de ce bourg rural tourné vers la sylviculture et l'élevage et a été marquée par l'aviation. Biscarrosse a été à partir des années 1930 la base des hydravions Latécoère. L'Aéropostale, puis le transport de passagers, en particulier la compagnie Air France, ont décollé du lac de Parentis-Biscarrosse, appelé également « lac Latécoère ». Pierre-Georges Latécoère avait créé à Biscarrosse une base de montage d'hydravions. Des vols transatlantiques partiront du lac de Biscarrosse-Parentis, également connu à Biscarrosse sous le nom de lac Latécoère.Antoine de Saint-Exupéry décollait du lac de Latécoère pour effectuer ses missions.

 

Après la disparition des hydravions transatlantiques et leur remplacement par des avions terrestres, la base de Biscarrosse a été fermée.(...)

 

Traditionnellement basée sur la coupe des pins de la forêt des Landes, depuis sa plantation par Nicolas Brémontier, l'économie biscarrossaise est maintenant largement tournée vers le tourisme estival balnéaire et le commerce.

 

Le DGA Essais de missiles (anciennement CELM pour Centre d'essais de lancement de missiles, anciennement CEL pour Centre d'essais des Landes) est situé entre Biscarrosse-plage et Mimizan-plage et entre l'océan Atlantique et l'étang de Biscarrosse et de Parentis. Ce centre de la Direction Générale de l'Armement (DGA) est spécialisé dans les essais en vol et terrestre de missiles pour les industriels et clients du ministère de la Défense, ainsi que l'entraînement des forces armées. (...)"

 

Source: Wikipédia.

 

2011-06-25-26-049.jpg

 

2011-06-25-26-043.jpg

 

2011-06-25-26-044.jpg

 

2011-06-25-26-051.jpg

Photos Laurence Sadys.

Partager cet article

Repost 0
Published by André Lugardon - dans journalperso
commenter cet article

commentaires

jf sadys - andré lugardon 30/06/2011 23:03



... je ferme... et non pas feme... je tape avec des mouffles .... oui Fa# il vaut mieux ne pas trop traîner la nuit toute seule ici ou là ... et si j'ai prévu en août de dormir sur la plage ce
sera "en famille"... mais nous ne ferons pas de feu car si nous le faisons nous avons toutes les chances de recevoir de la visite...  Les temps ont changé... Et puis maintenant les plages
sont nettoyées toutes les nuits par du personnel communal au volant d'engins mécaniques fabriqués pour cela... Il n'y a plus de déchets de bois sur les plages de Biscarrosse... Je ne me vois pas
transporter mon fagot barbecue et mon sac de couchage pour me plonger dans un voyage à la recherche du temps perdu... :+)



fa# 30/06/2011 22:47



Dormir à la belle étoile sur la plage un jour d'été,  j'en ai toujours rêvé ... mais c'est un risque qu'une femme seule ne peut pas prendre ....ce serait par trop imprudent ...


 


 



jf sadys - andré lugardon 30/06/2011 14:07



...de Biscarrosse ville à Biscarrosse plage ... bien entendu...


 



jf sadys - andré lugardon 30/06/2011 13:48



Merci Fa# et Elisabeth de vos commentaires. Pour nous Landais de la petite Lande, du Gabardan, Biscarrosse-Plage est l'une des plages de l'océan la plus proche de chez nous. J'ai des souvenirs
précis de ce lieu que j'aime beaucoup depuis 1958, souvenirs de pêche, de chasse, de nuits passées sur la plage autour d'un feu de bois, souvenirs de ce que Biscarrosse était « avant ».
Avant la société de consommation, avant la société des loisirs. Je pourrais vous les raconter mais je ne sais trop si cela en vaut vraiment la peine. Par contre je ne résiste pas au plaisir de
vous raconter aujourd'hui la première rencontre de mon père avec Biscarrosse Plage. Il est né en 1921. Avant la seconde guerre mondiale, son parrain, qui avait navigué sur la Jeanne d'Arc, prend
l'initiative de l'emmener voir la mer. Ils sont partis en train de bon matin de Roquefort, Landes, jusqu'à Ychoux. La ligne de chemin de fer n'allant pas plus loin c'est un meunier qui les a
emmenés d'Ychoux à Parentis dans son camion chargé de sacs de farine. De Parentis à Biscarrosse Ville, pas de route, ils ont voyagé sur la charrette d'un muletier débardeur de bois. De
Biscarrosse Ville à Biscarrosse ils ont marché à pied par les sentiers des résiniers. Parfois je feme les yeux pour les imaginer dans leur périple et je rouvre les yeux en me disant: l'océan et
la plage n'ont pas changé et je sens la présence de mon père et de son parrain tout près de moi et je leur parle. « Le temps immobile » c'est le titre d'une série de livres du fils
Mauriac. J'en ai lu un peu. J'aime parfois au bord de la l'océan, dans la profondeur de la forêt landaise me laisser envahir par ce sentiment que le temps peut être quelquefois immobile.


 


http://www.claudemauriac.org/letempsimmobile.html


 




p { margin-bottom: 0.21cm; }a:link { }


Elisabeth F.-B. 29/06/2011 22:02



J'aime particulièrement la dernière photo lue en regard avec la première. L'immobilité du pêcheur par rapport aux autres personnages prend alors un sens encore plus fort.


Bonne nuit :)


 



Recherche

Articles Récents