Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 avril 2010 2 27 /04 /avril /2010 11:44

“Dans l'ordre de l'écriture,  
comme en celui de l'existence qui la porte,  
lorsque l'on s'est aperçu que l'on habitait  
bien chétivement  
les grands mots,  
l'on se met en devoir et en plaisir  
d'habiter spacieusement les petits.

Ce n'est pas seulement  
que l'on se sente de plus en plus en retrait  
sur les grandeurs véritables,  
mais l'on se sent de plus en plus à l'étroit  
dans les grandeurs officielles.”

François Cassingena Trevedy,  
Etincelles III, Ad Solem, p.34

 

SOURCE de ce texte, cliquer ICI.

 

2736648014_536477332b.jpg 

 

Photo Flickr

 

Pour en savoir plus sur la photo cliquer dessus et ensuite sur le deuxième lien qui apparaît en descendant.

Partager cet article

Repost 0
Published by André Lugardon - dans journalperso
commenter cet article

commentaires

Frédéric BONTEMPS 27/04/2010 23:42



Ce troisième opus d’Etincelles n’est pas un livre de plus : c’est le livre que nous attendions.
Bien sûr, brillent encore pour notre plus grande découverte outre-terre, tous ces fragments, véritables axiomes Auréliens (surtout pas d’aphorismes) qui s’enchaînent dans une unité devenue
aujourd’hui cardinale. Le lecteur appréciera chaque étincelle comme une véritable dissertation contemporaine (à la manière de Nietzsche dans sa « généalogie de la morale) c’est-à-dire : courte,
imagée, chargée de sens ou chaque mot est ciselé avec attention et servie par le style édifiant qui fait l’auteur pour ne pas dire l’homme.
Mais surtout Etincelles III, est comme de juste « trinitaire » ; la forme géométrique la plus stable, la plus sûre et la source de toutes les références. Cette introduction forme en elle-même une
vraie et complète analyse de notre temps de la chose humaine prise dans l’histoire même de la volonté déifiante de l’Être, sans passer sur ces essentiels de la matérialité blessée par défaut de
recours au mystère spirituel qui ouvre les vrais espaces. Voyez par vous-même : « n’écrire que des mots tels qu’il faille lever la tête pour les lire… » « Le Christianisme est une certaine
qualité, une certaine condition a priori du regard. Il est Oriental» « Les idéologies actuelles, réductibles à un breuvage synthétique…, mesquines, moroses, pragmatiques et désenchantées » « nous
ne commencerons jamais de voir la lumière, que nous n’ayons fait cesser le feu en nous », ne manquant pas de s’insurger contre cette « revendication du droit à l’immédiateté perpétuelle »… et
tutti quanti !
Finalement ce livre contient deux ouvrages. Le premier fondamental en raison, improprement présenté comme une introduction, alors qu’il s’agit bien d’une thèse éclairée, libre et érudite de
l’auteur. Ainsi  il nous emmène pendant plus de 60 pages, à notre insu, puis à notre grand éveil, sur la pensée des Esprits qui marqueront notre époque. Le second, florilèges d’Etincelles
qui semant à tous vents les fleurs des arbres printaniers, fait de ce tout, le mystère auquel chacun trouvera ici enfin réponse ou à tout le moins éclairage, car derrière chaque paragraphe, si
court fût-il, pointe une pensée recherchée nourrie aux plus grands textes des meilleurs penseurs ou évangélistes. Point n’est besoin de préciser que l’auteur est moine et normalien…. A-t-on déjà
demandé un C.-V. à Hadrien ? Ce livre est tout simplement unique et à sa place. Il est des livres. Il est ce livre. Et plus rien ne sera plus vraiment comme avant…
Frédéric Bontemps



Recherche

Articles Récents